L O C V S


colos_aereo.jpg (57885 byte)


Dans la vallée
l'amphithéâtre a été édifié, sous plusieurs mètres de sable et de limon, il y a une couche d’argile compacte. Dans la préhistoire le niveau du sol était beaucoup plus bas - environ 10-15 mètres - qu'aujourd'hui et dans cette dépression se recueillaient les eaux. Selon la saison un petit lac ou un marais se formait dans la plaine. De là, les eaux de l'affluent arrivaient au Circus Maximus et se jettaient dans le Tibre.

Des forages réalisés en Place du Colisée ont révélé que le site avait été bonifié depuis l'antiquité par un égout qui faisait écouler l'eau tout au long de la vallée du Circus Maximus. La carte de droite montre les lieux des forages (T) et la illustration ci-dessous les résultats obtenus.
L'endroit était certainement habité au moins dès la période républicaine, car autour de la vallée on a trouvé les restes de plusieurs bâtiments de cette époque qui avaient été expropriés et démolis après le grand incendie de 64 après J.-C., quand Néron voulut y construire sa première résidence, la Domus transitoria, et le lac entouré de jardins, dont nous sont parvenus les témoignages écrits de différents auteurs.

Le choix du lieu - naturellement humide et profond situé au milieu des collines de la ville – avait des avantages, mais présentait aussi des difficultés pour la construction de l'amphithéâtre.
Si le drainage du site posait un gros problème, on aurait pu toutefois atteindre la couche d'argile imperméable appropriée pour jeter les fondations qui se trouve juste au-dessous du fond du lac de Néron.
Même si on creusait jusqu'à cette profondeur, le fond de l’arène aurait été d'environ 10 mètres au-dessus du niveau de l'égout (Cozzo), en assurant un bon drainage.

D’ailleurs, si on avait élevé les fondations au-dessus du fond du lac, on aurait pu réduire l'énorme travail d'excavation nécessaire pour jeter la base et la remplacer par un remblai considéré plus simple.
En fin le remblai a été exécuté soit avec de la terre de remplissage soit avec les restes des bâtiments environnants qui avaient étés démolis.

Les fouilles du metro

La première carte dans le coin supérieur à droite (de Storia della Città par L. Benevolo) montre la vallée du Colisée tel qu'elle était avant la récupération des terrains à l'époque archaïque. On remarque le ruisseau qui vient de la droite et alimente le lac au milieu des collines. En haut à gauche la Domus Aurea est marqué en noir, à l'intérieur des remparts de la ville.
Les rectangles rouges indiquent le temple de Claudius, et font de référence pour l'orientation des cartes. L'autre carte est une carte physique du sol de Rome, par L. Kraatz et montre l'état de la vallée dans le 18ème siècle.

Cliquez ici pour une page de cartes historiques

Poursuivez votre lecture

logowhitesm.jpg (9777 byte)

I M A G E S




En haut, la vallée du Colisée avant que le lieu fut bonifié.  On peut noter le ruisseau à droite, qui alimente le marais au milieu des collines. Dans le coin en haut à gauche la zone de la Domus Aurea, dans les remparts de la ville, est marquée en noire.

LKraatz collism.jpg (20127 byte)

Cette carte par L. Kraatz  représente l'état de la vallée dans le dix-huitième siècle. Les rectangles rouges qui marquent le temple de Claudius sont juste une référence à l'orientation des cartes.

metrosm.jpg (9379 byte)


Ci-dessus les sites des forages ; ci-dessous les résultats obtenus. La carte ci-dessus montre le tracé du métro en gris ; comme on peut voir la ligne du métro qui passe tout près du Colisée et l'Arc de Constantin (T5). Lors de la construction du métro beaucoup des égouts créés pour l'amphithéâtre ont été détruits.

trivellsm.jpg (14402 byte)
Les r├ęsultats du forage