I N S C R I P T I O N E S


Les pierres parlent
Les histoires que les morceaux de marbre peuvent raconter sont étonnantes. Découvrez comment les chercheurs ont déchiffré le sens de certaines inscriptions trouvées dans le Colisée.

Iunius Valerius Bellicius
... l'aréna a été encore une fois réparé entre 417 et 423 par Praefectus Urbi Iunius Valerius Bellicius ...
Comment le savons-nous? Il ya une histoire intéressante.
Lorsque l’aréna a été déterré par les archéologues du XIX siècle, ils ont trouvé des fragments d'une longue inscription (CIL, VI, 32085) commémorant les réparations effectuées à l'amphithéâtre par les empereurs Théodose II et Valentinien III (empereur d'Occident de 425 à 455). L'inscription, gravée sur les blocs de marbre, était composée d'une ligne de texte répété deux fois tout autour de l'arène, afin que les spectateurs puissent le lire complètement à partir de n'importe quel point des terrasses. Nous avons seulement quelques lettres à gauche de l'inscription (voir photo à droite).
Cette inscription, cependant, avait été sculptée sur le dessus d'une autre ancienne inscription, qui avait été effacé. La découverte d'autres fragments et une lecture plus attentive des lettres effacées ont permis à déchiffrer beaucoup du texte précédent.
André Chastagnol, historien et épigraphiste français, à découvert que certains mots du texte précédente pourraient être datés à l'âge de codirigeants Honorius et Théodose II (entre 408 et 423). Étant donné que ces empereurs sont définis invictissimi (jamais battu) et ce mot a été utilisé ailleurs dans 416-417 pour célébrer la victoire d'Honorius contre les Vandales, il est raisonnable que l'inscription remonte à ces années. Et encore : les fragments des mots "Vale-" et "-Cius" ont été attribués au nom du Praefectus Urbi Iunius Valerius Bellicius, le seul de cette époque dont le nom peut être lié à ces lettres. Et nous avons aussi plus d'informations : deux inscriptions mentionnent le même Valerius comme celui qui a réparé une partie des bâtiments de la préfecture.
La recomposition récente du mot "area" suggère que les réparations considéraient également la région environnante, ce qui est cohérent avec les découvertes archéologiques du XIXe siècle.
D'autres détails de l'inscription sont encore en discussion, parce que au fond il ya trop peu de fragments pour déchiffrer d'autres mots.

En tout cas, cette première inscription n'a pas durée longtemps. Après quelques années, les blocs ont été enlevés et repositionnés avec le deuxième texte (CIL, VI, 32086-87) commémorant autres réparations. (Nous savons que les blocs ont été effectivement enlevés parce que les lettres du nouveau texte sont placées à l'envers sur certains d’eux.
Comme nous savons, les épigraphistes datent cette seconde inscription à l'âge de Théodose II et Valentinien III, soit entre 425 et 450, alors qu'ils étaient respectivement empereurs de l'Empire de l'Est et de l'Ouest, parce qu’ils ont reconstruit les mots de la classique expression Pro felicitate dd. nn. Theodosii et Placidi Valentiniani perpetuorum invictissimorum principum (= à la prospérité de nos maîtres Théodose et Valentinien Placidus, empereurs toujours invincibles).

Dans le texte est également mentionné un certain "Flavius Pa-". Un Flavius Paulus était Praefectus Urbi en 438, donc s’il est celui mentionné ici - comme Chastagnol propose - il aurait été celui qui a réparé le Colisée après un tremblement de terre signalé en 429. Mais cela aurait pu être aussi une autre personne inconnue qui plus tard a réparé l'amphithéâtre après un autre énorme tremblement de terre en 443, quand nombreux bâtiments à Rome ont été détruits. Cette dernière hypothèse était jusqu'à présent répandue, mais les récentes découvertes la rendent moins probable.
Dans ce dernier cas, Flavius ??Pa- aurait agi de concert avec Praefectus Urbi Rufius Cecina Felix Lampadius, qui est mentionné dans une autre inscription.

L'inscription de Lampadius


Rufius Cecina Felix Lampadius
Entre 425 et 450, probablement après le tremblement de terre du 443, Lampadius a effectué plus de travaux de restauration sur l’arène, le podium et sur les gradins - à ses propres frais - comme il a inscrit sur le marbre. Voici le texte:
Salv[is dd.]nn. (= dominis nostris duobus) Theodosio et Placido V[alentiniano Augg.(= Augustis duobus)] / Rufi.[us] Caecina Felix Lampadius v(ir) c(larissimus) [et inl(ustris) praef(ectus) urbi] / har.[e]nam amphiteatri a novo una cum po[dio et pulpito (?) et portis] / p[ost]icis sed et reparatis spectaculi gradibus [ex sumptu suo restituit(?)].
Nous déjà connaissons cette dd. nn. "Theodosii et Placidi Valentiniani" expression. Les chercheurs sont en train de débattre de la signification exacte de p[osti]cis: les portes de service? Fausses portes pour les bestiaires d'échapper aux bêtes sauvages?
Une autre question embarrassante: en Octobre 444, un an après le tremblement de terre, Valentinien III a fêté ses vicennalia (20 ans de règne). Comment pourraient-ils avoir réparé l'amphithéâtre en si peu de temps?
Toutefois, cette particulière inscription de Lampadius est également importante parce qu'elle avait été sculptée sur une dalle qui précédemment avait une inscription en lettres de bronze. Ces lettres ont quitté des trous dans le marbre et ces trous ont été déchiffrés en 1995. Il a été constaté que l'inscription de bronze commémorait la dédicace originale de l'amphithéâtre de Vespasien, et confirmait que le Colisée a été construit avec le butin de guerre, à savoir le butin de la guerre palestinienne et le pillage du temple de Jérusalem. Voici l'ancienne inscription (en fait, deux versions légèrement différentes):




Messius Phoebus Severus


Une autre inscription incomplète commémore les réparations effectuées par patricienne Messius Phoebus Severus en 470 (CIL VI 32091).
An]themio p(er)p(etui)s Augg(ustis) Messius Phoe[bus Severus] / [v(ir) c(larissimus)] et inl(ustris) [p(raefectus)] u(rbi) patric(iu)s co[nsul ordin(arius) hare]nam(?) amphitheatri longi temp[oris 3] / [3 restitutam 3]TIE[3 fu]isset extinctum pro beatitudin[e saeculi
Ici les épigraphistes ont vraiment eu un moment difficile, car ils trouvent des indices dans le mot «extinctum" pour imaginer que la restauration de l'amphithéâtre (et des spectacles méprisés par les chrétiens) aurait pu être une position politique de Phoebus, qui était un païen collaborateur de l'empereur Anthemius, qui exactement en cette année 470 avait découvert un complot visant à lui tuer.


Decius Marius Venantius Basilius


Les dernières restaurations mentionnées sont ceux effectuées par le Praefectus Urbi Decius Marius Venantius Basilius après un tremblement de terre.
Decius Marius Venantius Basilius v(ir) c(larissimus) et inl(ustris) praef(ectus) urb(i) patricius consul ordinarius arenam et podium quae abominandi terrae motus ruina prostravit sum(p)tu proprio restituit
Ce qui signifie : Decius Marius Venantius Basilius, très célèbre et bien connu préfet de la ville, patricien, consul ordinaire, a réparé l'arène et le podium que un redouté mouvement de la terre avait jeté en ruine, à ses propres frais.
Le problème ici est qu'il ya eu beaucoup de sénateurs du même nom qui furent consuls dans des années différentes, et il n'y a pas de sources d'enregistrement d'un tremblement de terre dans ces années. Donc, généralement Venantius est identifié avec le consul de l'année 484, mais il y avait un autre consul de ce nom en 508 lors du règne de Théodoric (454-526).
Toutefois, les archéologues préfèrent généralement dater cette inscription au deuxième Basilius, parce que à l'époque de Théodoric il y avait un intérêt pour le maintien des anciens bâtiments. Il n'y a pas l’habituelle mention du roi, et cela semble étrange, mais d'autre part Venantius Basilius avait payé de sa poche ...

La principale source de cette page est : Colisée - AA. VV. - Soins de Ada Gabucci, Electa, Milan 1999


logowhitesm.jpg (1572 byte)

I M A G E S

 







Theodosius II









Valentinianus III









Honorius








Sévère Alexandre, qui reconstruit le Colisée









La pièce de Gordien, qui a consacré l'amphithéâtre renouvelé en 240










Empereur Anthemius











Théodoric le Grand, roi des Ostrogoths en Italie